Négocier #2 – Madeleine Aktypi

Madeleine Aktypi est née à Athènes, mais vit en France depuis la fin du XXe siècle ; d’abord à Paris, puis, plus récemment, à côté de la forêt.

Poet/esse et artiste avec un intérêt particulier pour l’histoire et la philosophie des media ainsi que pour les luttes féministes non-binaires et écosophiques, elle travaille et partage ses textes trans*langues sur papier, en ligne ou dans l’espace. De l’édition multiple à l’installation, et de poèmes parasites à la lecture assistée, c’est un processus continu qui se fait de matières, de voix, de mots et de signes au milieu des media, des végétaux, des animaux & des minéraux.

Bog Data, le travail en mutation – mèmes, différends et écosophie, sa recherche sur les mutations des mots et du travail dans le soi-disant « web du partage », a été commanditée et publiée par les éditions du pôle Recherche de la Cité du Design (2016). Plus récemment, elle a contribué un essai à l’ouvrage Politiques de la distraction, dirigé par P. Sztulman et D. Zabunyan (Presses du réel, 2021). Sous le titre, Surrounded poetry : écrire au milieu, elle élabore une thèse de recherche-création à l’Université Grenoble-Alpes (Laboratoire Litt & Arts). Elle enseigne la performance, la poésie et l’édition à l’École Supérieure des beaux-arts de Bordeaux.

Ses dernières auto-éditions multiples sont Dans le poil du sens et fodd fodder (2019). Elle a participé à des expositions collectives au Centre  Pompidou (Paris, 2021), au Point Commun (Annecy, 2020), etc. Elle a performé à la Galerie Air de Paris (2018), à l’Adresse du Printemps à Toulouse (2018), aux Laboratoires d’Aubervilliers (2019-2021), au PAN Café sur L’Île-Saint-Denis (2021), et ailleurs.site web : http://cargocollective.com/madeleine-aktypi

Laisser un commentaire