Groupe de recherche sur les technologies intellectuelles OUVERT – le programme

c’est quoi ?

Le groupe de recherche sur les technologies intellectuelles OUVERT (tigrOU) est un collectif informel de personnes impliquées dans les champs de la poésie et de l’écriture, de l’art et de la culture, des médias numériques et de l’éducation, qui s’est formé à l’occasion des rencontres organisées par l’association PAN! depuis l’année 2013.

à quel propos ?

De toutes les technologies intellectuelles, l’écriture est celle que philosophes, anthropologues et artistes ont le plus largement documentée et théorisée à partir des années 60. Ce que l’on a appris alors est qu’une T.I. n’est jamais neutre ni extérieure aux êtres qui l’utilisent : en actualisant leurs manières de faire et de penser, elle conditionne leurs modalités de fonctionnement et configure leurs possibilités de compréhension et d’action.

Le caractère central de l’écriture est une des raisons pour lesquelles tigrOU se rattache d’abord au champ des pratiques et dispositifs poétiques. Cependant, elle n’est que la partie émergée de l’iceberg. Prises dans toute leur extension, les T.I. désignent l’ensemble des dispositifs et techniques par lesquelles un contenu intellectuel est susceptible de prendre forme, de se conserver et de se diffuser, dans les sociétés humaines ou non humaines, les collectifs émergents ou stabilisés.

tigrOU s’intéresse donc à toutes les formes de T.I., qu’elles relèvent de l’oralité ou de l’écriture, qu’elles mobilisent le corps ou la machine, qu’elles passent par des tactiques individuelles ou des stratégies collectives, et elle est particulièrement attentive à la mutation accélérée ouverte par l’invention des médias techniques contemporains – de la photographie à l’intelligence artificielle.

pour qui ?

De bonnes questions à se poser lorsqu’on réfléchit aux techniques ne concernent pas seulement le comment (« comment s’en servir ? »), ni le pourquoi (« à quoi elles servent »), mais aussi le pour qui : « pour qui on les invente ? », « qui en  fait usage ? », « qui y a accès et qui n’y a pas accès ? », « sur qui ont-elles des effets ? ».

À cet égard, on peut dire que les T.I. sont des dispositifs de pouvoir avant d’être les instruments de nos savoirs.

pour quoi ?

tigrOU se fixe donc plusieurs objectifs :

1. fonctionner comme un outil d’analyse institutionnelle dont les diverses réalisations devraient à chaque fois se greffer sur tel ou tel aspect de nos pratiques ordinaires, pour faire apparaître leur nature et leurs effets, leur caractère éventuellement problématique et les ressources qu’elles pourraient offrir à l’agir collectif.

2. diffuser aussi largement que possible ses travaux, dans un souci de réappropriation de technologies dont les usages restent trop souvent réservés à des publics experts.

3. s’engager dans les processus d’innovation continue typiques des technologies contemporaines, en croisant savoirs théoriques et pratiques empiriques, sans autre souci de cohérence que la recherche de pertinences toujours situées : on pourra appeler ça « poésie », ou plus généralement « art », ou même « éducation », en fonction du contexte.

4. chercher les formats adaptés, les dispositifs ad hoc, et les outils efficients pour se rendre plus familiers et maniables ces instruments de pouvoir que nous appelons technologies intellectuelles.

comment ?

tigrOU se développera en s’astreignant à un exercice de critique et d’amélioration continue des moyens à mobiliser pour réaliser son programme. Il se rendra aussi attentif que possible aux agencements institutionnels, internes et externes, qui conditionneront son action.

Les formes que pourront prendre celles-ci se dégageront au fur et à mesure (l’enquête ? l’atelier ? la promenade ? l’exposition ? la manifestation ? la conférence ? la carte ? l’action rapprochée ? à distance ?), mais elles se présenteront en général comme des problèmes concrets à étudier en détail pour identifier leur nature, et savoir quel genre d’attitude on devrait adopter à leur égard : les ignorer, les approfondir ou les solutionner.

Comments are closed.