Négocier #2 – Pomme Boucher

© Amélie Ferrand

Je suis médiatrice artistique basée en Creuse où je vis et travaille depuis 2004.
Après des études aux beaux-arts de Rennes, un cursus au Dartington College of arts dans le Devon en Angleterre et un diplôme de management culturel à l’Université de Dijon, je travaille dans un premier temps pour le Centre international d’art et du paysage sur l’île de Vassivière.
En 2006, je fonde à Felletin, aux portes du Plateau de Millevaches, l’association Quartier Rouge qui s’attache à explorer la place de l’art dans la société en faisant émerger localement des situations de dialogue avec la création contemporaine.
Entre 2007 et 2010, je travaille en parallèle à La Pommerie, lieu de résidence d’artistes installé depuis 1992 en Haute-Corrèze, pour le développement d’un programme pluridisciplinaire, principalement axé autour de l’art sonore et des relations art et écologie.
Entre 2011 et 2020, je me consacre au développement de Quartier Rouge et construis un programme de production, de médiation et de diffusion, notamment dédié à l’art dans l’espace public. Ce qui m’amène, à partir de 2014, à être médiatrice pour l’action « Nouveaux commanditaires » portée par la Fondation de France.
A côté des actions menées au sein de l’équipe de Quartier Rouge, je suis membre de plusieurs groupes de recherche et d’intervention dans les champs de la médiation, de la formation, de la psychosociologie et de l’analyse institutionnelle.
Aujourd’hui, je m’inscris dans une praxis tournée vers l’écriture, l’élaboration et l’accompagnement de dispositifs d’enquête, de recherche et de co-production au croisement entre art et société.

Négocier #2 – Madeleine Aktypi

Madeleine Aktypi est née à Athènes, mais vit en France depuis la fin du XXe siècle ; d’abord à Paris, puis, plus récemment, à côté de la forêt.

Poet/esse et artiste avec un intérêt particulier pour l’histoire et la philosophie des media ainsi que pour les luttes féministes non-binaires et écosophiques, elle travaille et partage ses textes trans*langues sur papier, en ligne ou dans l’espace. De l’édition multiple à l’installation, et de poèmes parasites à la lecture assistée, c’est un processus continu qui se fait de matières, de voix, de mots et de signes au milieu des media, des végétaux, des animaux & des minéraux.

Bog Data, le travail en mutation – mèmes, différends et écosophie, sa recherche sur les mutations des mots et du travail dans le soi-disant « web du partage », a été commanditée et publiée par les éditions du pôle Recherche de la Cité du Design (2016). Plus récemment, elle a contribué un essai à l’ouvrage Politiques de la distraction, dirigé par P. Sztulman et D. Zabunyan (Presses du réel, 2021). Sous le titre, Surrounded poetry : écrire au milieu, elle élabore une thèse de recherche-création à l’Université Grenoble-Alpes (Laboratoire Litt & Arts). Elle enseigne la performance, la poésie et l’édition à l’École Supérieure des beaux-arts de Bordeaux.

Ses dernières auto-éditions multiples sont Dans le poil du sens et fodd fodder (2019). Elle a participé à des expositions collectives au Centre  Pompidou (Paris, 2021), au Point Commun (Annecy, 2020), etc. Elle a performé à la Galerie Air de Paris (2018), à l’Adresse du Printemps à Toulouse (2018), aux Laboratoires d’Aubervilliers (2019-2021), au PAN Café sur L’Île-Saint-Denis (2021), et ailleurs.site web : http://cargocollective.com/madeleine-aktypi